KabyleMap

KabFlag

KabyleMap

KabFlag

Géographie

La Kabylie couvre plusieurs districts (wilayas) de l'Algérie et est divisée en deux régions : grande et petite Kabylie, également appelées Haute et Basse Kabylie. Bien que ce nom fait référence à une division géographique liée à l'élévation de l’altitude, elle correspond également à une distinction linguistique entre les 2 principaux dialectes de la langue kabyle.

Trois grandes chaînes de montagnes occupent une grande partie de cette région: la chaîne Kabylie côtière dans le nord, le Djurdjura dans le sud, culminant avec le Mt. Tamgout Aalayen (2308m), et la chaîne Agawa, située entre les deux autres avec une altitude moyenne de 800m et la population la plus dense des trois chaînes. Tizi-Ouzou se trouve dans le second.

Population

La population de Kabylie est estimée entre 7 et 10 millions d’habitants. La région est très peuplée, la densité de population dépasse souvent 250 habitants par km2. Un nombre important de Kabyles vivent à l'extérieur de la région et plus particulièrement à Alger, où ils représentent plus de la moitié de la population. Beaucoup de Kabyles se trouvent aussi à l'étranger (France, Europe, ainsi qu’au Canada).KabyleCountry

Bejaia, avec ses 230.000 habitants, est le centre économique de la Kabylie, ainsi que la capitale de la Basse Kabylie. Localement, elle est désignée comme «Bgayet n Lejdud» ou «bougie de l'ancêtre». Tizi-Ouzou, la capitale de la Haute Kabylie, anciennement connue comme «le village » compte environ 150 000 habitants et est la capitale culturelle de la Kabylie.

Larbaa Nath Irathen, anciennement Fort National, avec une population de 28 000 habitants en 2001, est le centre urbain le plus élevé de la région.

Histoire

Depuis l'indépendance en 1962, la région est impliquée dans plusieurs conflits civils et des soulèvements. Notamment en 1980 la Kabylie connait plusieurs mois de protestations et de manifestations pour l'établissement de la langue berbère comme langue officielle de l'Etat.KabylieWoman

 Ce renouveau culturel a intensifié alors que le gouvernement a augmenté ses efforts visant à arabiser la nation dans les années 1990. En Juin et Juillet de 1998, la région est à nouveau enflammée par l'assassinat de Matoub Lounes le chanteur, et par l'application d'une loi donnant la préférence à l'utilisation de la langue arabe dans tous les domaines. En avril 2001 on assiste à une série d'émeutes suscitées par la mort d'un jeune homme tué par un gendarme (agent de police). Ces émeutes mettent en évidence le fossé croissant entre le gouvernement et les peuples berbères. Cette période de violence est appelée le Printemps noir. Une demande d'autonomie qui jusque-là avait été faite seulement par certains intellectuels est reprise par le Mouvement pour l'autonomie de Kabylie (MAK), dirigé par le chanteur Ferhat Mehenni. Toutefois, ce mouvement n'a pas pris une grande ampleur. D'autres, tels le Mouvement berbère Arouch Citoyen soutient l'appel pour la reconnaissance officielle de la diversité culturelle dont l'Algérie bénéficie, y compris la reconnaissance de l'identité berbère.       

L'économie traditionnelle de la région repose en grande partie sur la culture des arbres (vergers et d'oliviers), l'apiculture et l'artisanat (orfèvres, tisserands et potiers). La Kabylie profite de façon importante de l'aide et le soutien de la diaspora kabyle. La région reçoit une aide extérieure pour le développement des infrastructures (routes, transport, bibliothèques), les aides du gouvernement national de ‘Algérie étant souvent abandonnées.

La communauté chrétienne

 Selon Joshua Project (choisir Algérie berbère, kabyle) 97,4% sont musulmans et 2,0% sont chrétiens évangéliques. Le film Jésus, le Nouveau Testament et les émissions par satellite sont disponibles dans leur langue.

Le texte qui suit est tiré du site Open Door « Compte tenu de cette situation, comment l'évangile est-il répandu, en particulier dans les régions kabyles ?. Le moyen de Dieu est évident comme le souligne le Chrétien Algérien. C’est le développement de la télévision par satellite en 1995 qui a permis une diffusion de l'Evangile en Algérie. Aujourchurchd'hui, la majorité des gens peut être atteint par ce moyen. A la fin des programmes de satellite, les téléspectateurs voient un numéro de téléphone local affiché sur l'écran. Les appelants sont dirigés vers des endroits où ils peuvent trouver une église, recevoir des livres chrétiens et des CD .

Le film Jésus a toujours été un outil puissant, parce que le film est traduit dans la langue kabyle. Même les gens ont demandé dans quel endroit de la kabylie le film a t-il été tourné ?. Le film est d'actualité et adapté à la culture locale.

Les Églises protestantes (environ 50 en Algérie) ont généralement un nombre de membres compris entre 50 et 200, bien que la plus grande, à Tizi Ouzou, voit environ 1000 membres assister aux services. On estime qu'il y a 30 000 protestants en Algérie, mais le nombre réel pourrait être plus élevé ; de 60.000 à 100.000.

Il y a la persécution par des menaces, des peines de prison, le rejet par la famille et le harcèlement des croyants au travail. Toutes sortes de pression s’exercent sur les nouveaux croyants, mais davantage de gens croient en Jésus. Des églises naissent, un programme pour former les disciples est prévu.

Le site Open Doors donne une liste de 50 pays où la persécution des chrétiens pour des raisons religieuses est la plus importante. L'Algérie est classée au 29e rang – avec une persécution modérée.

Vers le haut